En chemin vers le Congrès 2018, c’est au tour de la Colombie de nous proposer la prière pour le mois d’octobre.
Texte pour le mois

Evangile de Jésus-Christ selon Saint Jean

1 Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. 2 Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage. 3 Mais vous, déjà vous voici purifiés grâce à la parole que je vous ai dite. 4 Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi. 5 Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. 6 Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est, comme le sarment, jeté dehors, et il se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. 7 Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. 8 Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples. 9 Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. 10 Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. 11 Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite.

Contexte de la prière

La visite du Pape François en Colombie a laissé des traces historiques et surtout marqué le premier pas vers une société nouvelle, avide de paix et prête à tourner la page de cinq longues décennies d’affrontements armés internes.

Nous avons encore de la gratitude envers Dieu, parce qu’il est venu en Colombie, nous avons l’émotion de messages profonds; il nous a appris à apprécier les bonnes et belles choses de notre pays.

Introduction

Le Pape François nous a donné trois conseils pour que nous restions en Jésus et que nous éliminions tous les facteurs externes qui faussent son appel.

« Demeurer ne signifie pas seulement être là, mais aussi maintenir une relation vitale et existentielle de nécessité absolue, vivre et grandir en union intime et féconde avec Jésus, source de la vie éternelle. Demeurer en Jésus ne peut pas être une simple attitude passive ou un simple abandon sans conséquences dans la vie quotidienne et concrète. Je me permets de proposer trois moyens pour que cela reste efficace. »

A la lumière de l’Evangile, nous vous invitons à prier en réfléchissant avec l’une d’entre elles, chacune des 3 semaines du reste d’octobre:

Réflexion deuxième semaine

Nous demeurons en Jésus en touchant l’humanité de Jésus :

Avec les gestes et les paroles de Jésus, qui expriment l’amour pour nos proches et la recherche de ceux qui sont loin; la tendresse et la fermeté dans la dénonciation des péchés et l’annonce de l’Evangile ; la joie et la générosité dans l’abandon et le service,…, le rejet… la tentation de tout donner pour les personnes perdues, de se contenter de soi-même ou de devenir seulement des administrateurs du malheur.

Réflexion troisième semaine

Contemplons toujours sa divinité :

Réveiller et entretenir l’admiration pour la connaissance du Christ… Privilégiant… la rencontre avec… l’Evangile,… passons du temps dans une lecture priante de la Parole !

Il ne devrait pas s’agir d’une étude évasive des événements de notre peuple, ni des hauts et des bas de la mode ou des idéologies. Ne pas vivre avec des désirs insatiables ni vouloir enfermer le mystère, ne pas vouloir répondre à des questions que personne ne se pose plus et laisser dans le vide existentiel ceux qui nous questionnent sur le sens de leurs univers et de leurs cultures.

Réflexion quatrième semaine

Demeurer dans le Christ pour vivre dans la joie :

Si nous restons en Lui, Sa joie sera en nous. Nous ne serons pas des disciples tristes et des apôtres amers,… nous refléterons et porterons la vraie joie que personne ne peut nous enlever, nous diffuserons l’espérance d’une vie nouvelle que le Christ nous a apportée.

Clôture de la prière

Reconnaissant qu’il est la vigne et que nous sommes les sarments, qu’en demeurant en lui et en lui en nous, nous porterons beaucoup de fruit, mais sans lui, nous ne pouvons rien faire; que tant que nous demeurons en lui et que ses paroles demeurent dans nos cœurs, prions, avec la certitude que nous réussirons, pour le Processus synodal et pour le Congrès.

Profitant du fait que nous sommes dans le mois du Rosaire, demandons l’intercession de la Vierge Marie, comme le Pape François a prié Notre Dame du Rosaire de Chiquinquirá, patronne de la Colombie, pour guider et prendre soin de ses enfants colombiens, nous lui demandons aujourd’hui de ne pas cesser de guider et de prendre soin de ses enfants de Fondacio qui s’embarquent dans cette aventure de croissance et de recherche d’unité et de fraternité.

Priez pour nous, Sainte Mère de Dieu ! Je vous salue Marie pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de votre sein est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pécheurs maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen.

Catégories : Prières